Quand la publicité recouvre les affiches politiques

098_bhvp_braquehais_hotel_149-580x435

Braquehais, témoin de la Commune, photographie Paris. Ils n’ont pas été si nombreux ceux qui ont immortalisé les barricades pendant les dix semaines de l’insurrection. On connaît ses clichés de la déposition de la colonne Vendôme et des barricades,  moins ses prises de vue des palissades couvertes d’affiches de toute nature.

Gardons en mémoire cette photographie de l’Hôtel de ville de Paris dévasté par l’incendie. On y voit des ruines entourées d’une palissade, où ne subsistent plus que des placards publicitaires : « Loterie nationale », « Hydrothérapie »…  Hydrothérapie, en effet, qui renvoie ironiquement au zèle des services de voierie après les manifestations. Après la Semaine sanglante, la politique n’a plus sa place sur les murs de la cité. Et aujourd’hui ? A méditer !

Valérie Tesnière

Directrice de la BDIC, commissaire de l’exposition

Bruno Braquehais (1823-1874). « Paris. Hôtel de Ville : après l’incendie de mai 1871″. Photographie positive sur papier albuminé montée sur carton. 1871. Bibliothèque historique de la Ville de Paris / Roger Viollet