Olympe de Gouges : la liberté d’afficher ou la mort

Les visites scolaires sont l’occasion de faire découvrir l’exposition à des lycéens, mais il ne s’agit pas d’une relation à sens unique ! Ces jeunes visiteurs apportent leurs points de vue sur les pièces exposées et font des ponts avec leur environnement, suscitant parfois des rapprochements inattendues.

C’est ainsi qu’à l’occasion d’une visite, des lycéens ont réagi devant l’une des grandes figures de l’exposition Affiche-Action : Olympe de Gouges. Cette personnalité importante de la Révolution française est connue pour son combat en faveur de la reconnaissance des droits des femmes ou l’abolition de l’esclavage, mais on ignore souvent que c’est à cause d’une affiche qu’elle périt guillotinée en 1793.

9_NUMD004453

En pleine période de la Terreur, Olympe de Gouges voulut faire placarder dans Paris une affiche intitulée « Les trois urnes », dans laquelle elle proposait que le peuple souverain choisisse la forme du gouvernement. Arrêtée avant de pouvoir parvenir à ses fins, elle fut jetée en prison, d’où elle réussit néanmoins à composer une nouvelle affiche pour dénoncer ses conditions de détention. Ce geste la conduisit à la guillotine, elle qui avait écrit dans sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne : « la femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune« .

Pour les lycéens en visite ce jour-là, le nom d’Olympes de Gouges avait une résonance particulière, parce qu’ils avaient découvert ce personnage historique à travers la bande dessinée publiée par Catel et Bocquet chez Casterman cette année.

9782203031777

Cette bande dessinée présente la vie d’Olympe de Gouges sous une forme romancée, mais elle mentionne bien l’épisode de l’affiche fatale. Dans la vidéo ci-dessous, le travail effectué par les deux auteurs pour rassembler les matériaux nécessaires à la reconstitution historique est présenté.

 

Merci aux lycéens pour cette découverte !